Accueil / Actualités / Atelier stratégique des Jeunes et des Femmes. Thème : « La problématique de la gestion de la mémoire du passé douloureux en vue de la non-répétition des événements ».

Atelier stratégique des Jeunes et des Femmes. Thème : « La problématique de la gestion de la mémoire du passé douloureux en vue de la non-répétition des événements ».

La Commission Vérité et Réconciliation (CVR) vient d’organiser, Avec l’appui du Centre pour le Dialogue Humanitaire basé à Genève, , du 22 au 23 mars 2018, un atelier stratégique pour les femmes et les jeunes afin de réfléchir sur la problématique de la gestion de la mémoire du passé douloureux en vue de la non-répétition des événements. Cet atelier est venu dans le prolongement des ateliers similaires antérieurement organisés à l’intention des leaders des partis politiques, des hauts cadres des corps de défense et de sécurité, des responsables des associations religieuses et des professionnels des médias.
Loin d’être un atelier de plus, l’Atelier stratégique des femmes et des jeunes a été considéré d’entrée de jeu comme unique en raison de la particularité des participants : les femmes, symboles de l’espoir d’un côté et les jeunes, cette force incommensurable pour la construction de l’avenir. Leur disposition mutuelle à être tournés vers l’avenir en tant que premières victimes de toutes les crises dont ils portent les stigmates pendant un temps a semblé les placer dans une situation privilégiée pour fournir à la CVR des contributions valides pour le processus de recherche de la vérité nécessaire pour une réconciliation durable des Burundais.
M. Freddy NKURIKIYE du Centre pour le Dialogue Humanitaire, dans son mot liminaire, a reconnu sans ambages le rôle singulier des femmes dans les processus démocratiques et la réalisation des grands rêves pour la nation ainsi que l’ont montré certaines femmes leaders du Mali. En même temps, la force de mobilisation des jeunes forge l’optimisme dans un avenir radieux pour autant que les protagonistes femmes et jeunes s’arment de patience pour que la vérité libère effectivement les cœurs. Le voile sur le passé, particulièrement douloureux, doit être levé pour que le passé soit éclairé.
A ce propos, l’intervention de Mgr Jean Louis NAHIMANA, Président de la CVR est venue installer les participants dans la conviction selon laquelle la population devient résiliente au fur et à mesure que la charge mémorielle diminue et qu’elle avance dans la conquête d’un avenir meilleur partagé par tous. Pour le reste, son allocation a été le lieu de partage des découvertes et des leçons tirées du travail de terrain que la Commission réalise depuis plus d’une année. Sur ce registre, il convient de signaler entre autres l’existence des personnes prêtes à dire la vérité et/ou à pardonner ou simplement celles désireuses de bénéficier du pardon.
Les échanges des participants sur la gestion de la mémoire du passé douloureux en vue de la non-répétition des événements ont été introduits concrètement par deux présentations : la réflexion du Frère Emmanuel NTAKARUTIMANA sur la souffrance et la mort d’un côté ainsi que les missions, le bilan des activités, les atouts, les défis et les perspectives de la CVR présentés par l’Ambassadeur Laurent Kavakure, Secrétaire Exécutif de la CVR de l’autre.
Ces deux exposés ont servi de toile de fond des premières interventions des participants à l’Atelier. Ils ont donné également matière d’approfondissement dans les travaux de groupes pour laquelle la CVR recherchait des contributions spécifiques relatives : (1) aux actions potentielles à insérer dans un programme de réparation en faveur des victimes des violations des droits humains pendant les crises du passé ; (2) aux actions de promotion du pardon et de réconciliation ; (3) et aux réformes susceptibles de garantir la non-répétition des événements douloureux du passé.
Après les deux présentations, les participants ont eu l’occasion d’apprécier positivement les réalisations de la CVR et la pertinence de l’atelier organisé à leur intention parce qu’offrant des informations utiles pour la population au large. Aussi ont-ils eu le loisir de partager des idées sur la thématique sous analyse à savoir la gestion de la mémoire du passé douloureux en vue de la non répétition des événements. Leurs échanges ont permis de reconnaître le rôle important des femmes et des jeunes dans la gestion des mémoires blessées pour construire un avenir partagé par tous. L’Atelier aura donné aux participants une occasion de partage d’expériences personnelles, de considérations sur les événements du passé et la gestion leur réservée et d’échange sur les perspectives d’avenir pour conjurer le spectre des divisions répétitives et bâtir un avenir heureux pour tous.

à propos du webmaster

Essayer aussi

Formation des agents de recueil et collecte des dépositions en Mairie de Bujumbura.

La Commission Vérité et Réconciliation organise, aujourd’hui le 16 Avril 2018, la formation à l’intention …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

 
Désormais vous pouvez faire votre déposition en ligne sur ce Site Web via la rubrique "Déposition en Ligne" .