Accueil / Actualités / Conférence Publique sur l’Etablissement des Responsabilités dans le cadre de la Justice de Transition.

Conférence Publique sur l’Etablissement des Responsabilités dans le cadre de la Justice de Transition.

La Commission Vérité et Réconciliation, en collaboration avec l’Université du Burundi a organisé, ce mercredi le 23/05/2018 à l’Hôtel Source du Nil, une conférence publique autour du thème : « Etablissement des responsabilités dans le cadre de la Justice de Transition ».
La Commission a invité pour la circonstance un Professeur de renom international, Dr Stef Vandeginste, Chargé de Cours à l’Institut de Politique de Développement, de l’Université d’Anvers (Belgique) et qui a déjà à son compte plusieurs publications sur la justice transitionnelle. Dr Vandeginste est aussi venu pour donner à la CVR des conseils sur les consultations à faire en vue d’un partenariat qui serait établi à travers le Programme de Coopération de son Institution Universitaire.
C’est aussi dans cette perspective que le Professeur a été sollicité pour animer cette conférence publique qui permettra à la CVR de s’enrichir d’un débat académique que mèneraient des hommes et des femmes du domaine scientifique autour du thème de l’établissement des responsabilités dans le cadre de la Justice transitionnelle, pour les nombreuses violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire commises au Burundi.
L’objectif principal de la conférence est d’aider la Commission Vérité et Réconciliation du Burundi dans la réflexion sur ce qui constituerait un « guide méthodologique » lui permettant d’analyser rationnellement et scientifiquement les informations en sa possession en vue d’arriver à déterminer les responsabilités dans les crimes commis au Burundi du 1er juillet 1962 au 4 décembre 2008, période couverte par le mandat de la CVR.
Les objectifs spécifiques sont entre autres :
– Déterminer les critères de qualification des violations graves, systématiques et collectifs, compte tenu des normes du droit international ;
– Établir la liste des violations majeures en rapport avec les droits politiques, les droits civils, et les droits économiques, et celles du Droit International Humanitaire que la CVR doit qualifier ;
– Déterminer les formes et degrés de responsabilités sur lesquelles la CVR doit porter son attention en rapport avec les institutions étatiques, les personnes morales ou les groupes privés responsables de violations.

Les résultats attendus sont :
• Deux exposés sur l’établissement des responsabilités dans le cadre de la Justice transitionnelle ;
• Un inventaire du genre d’expertise juridique dont la CVR a besoin pour l’établissement des responsabilités ;
• Un débat sur les critères de qualification des violations graves, systématiques et collectifs, compte tenu des normes du droit international ;
• Des recommandations sur la manière dont la CVR du Burundi devrait s’y prendre au moment d’établir la liste des violations majeures en rapport avec les droits politiques, les droits civils, et les droits économiques, et celles du Droit International Humanitaire qui ont été commis au Burundi ;
• Des orientations sur la détermination des formes et degrés de responsabilités sur lesquelles la CVR du Burundi doit porter son attention en rapport avec les institutions étatiques, les personnes morales ou les groupes privés responsables de violations massives des droits humains.

La Commission Vérité et  Réconciliation  au centre de la Vérité au Burundi

à propos du webmaster

Essayer aussi

Formation des agents cartographes des fosses communes.

La Commission Vérité et Réconciliation, en collaboration avec le Bureau de Centralisation Géomatique, organise à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

error: Content is protected !!
Désormais vous pouvez faire votre déposition en ligne sur ce Site Web via la rubrique "Déposition en Ligne" .